Mekong Quilts, l'entreprise sociale: son double impact

Un emploi gratifiant, produisant des ressources complémentaires pour la communauté. Voyez comment Mekong Quilts, mise sur pied avec nos partenaires locaux, fonctionne.

Bernard Kervyn nous raconte :

L'aventure Mékong Quilts commence en 2001. Je m’étonnais de voir Thanh passer des heures interminables sur des quilts (aussi appelés patchworks), son hobby. Imaginer, découper, coudre...

L’étonnement a fait place à la réflexion : créons des emplois pour les villageoises vietnamiennes ! Thanh a formé quelques femmes tandis que Carla, une amie de Saigon, a commencé à vendre les quilts. C’est ainsi qu’est né Vietnam Quilts, qui deviendra Mekong Quilts en 2009.

Le concept s'est ensuite étendu, avec l’apparition de Mekong Creations. Cette 2eme entreprise sociale valorise la création d’objets à partir de matières premières disponibles au Vietnam : jacinthes d'eau, bambou, papier mâché, etc. Plus de 200 femmes ont un emploi très valorisant et rémunérateur, indépendant des saisons et du climat, ou des prix agricoles. Elles restent auprès des enfants et gagnent un complément de revenu. Des milliers de familles sont ainsi sorties de la grande pauvreté. 

Beaucoup de Vietnamiennes et Cambodgiennes aimeraient les rejoindre, mais la production dépend des ventes : 5 magasins, un site internet pour les ventes en ligne (mekong-plus.com), et des ventes en gros pour certaines enseignes commerciales (ex. : Nature & Découvertes Terre d'Oc).

Les villageoises khmères aussi font des quilts mais pour elles les conditions sont plus dures -il n'y pas d'électricité et dès 5 heures il ne fait plus assez clair, elles doivent arrêter le travail. Elles sont aussi plus lentes mais leur travail est très siogné.

Quel courage et patience! Assises en groupe, sur des nattes à l'ombre mais dans une chaleur suffocante. L'été à Rumdoul est cuisant!

A Rumdoul (Cambodge), pour 80% des ménages, au moins un adulte quitte le foyer pour plusieurs mois chaque année: ils vont chercher du trravail à Phnom Penh ou dans d'autres lointaines provinces.

Quand elles peuvent rejoindre un des groupes d'artisanes, pour les quilts ou le papier mâché, les femmes peuvent au contraire rester au village et près des enfants. Elles sont payées à la pièce et les plus habiles gagnent bien plus que celles qui partent travailler à l'usine.

  • Unilever Fondation
  • aide au Vietnam
  • Fondation Albatros
  • entreprise Alcopa
  • Ancham
  • Ambassade d'Australie
  • children for a better world
  • Friends
  • HSBC
  • Juniclair
  • Fondation Fontana
  • Schindler
  • Swiss Philantropy
  • Terre d'Oc
  • UP Micro-loans
  • Wise
  • 100 projetslogoNB
  • belccoNB
  • logo TrybaNB

Aller au haut